mercredi, mai 02, 2007

POSTURES ET IMPOSTURES P2

Du blanchiment des idées sales ...


La réalité c'est que nous sommes complètement dépassés. Nous avons laissés Sarkosy devenir ce qu'il est sans rien faire, ni à gauche ni à droite. Nous avons cru pouvoir lutter contre lui avec nos armes démocratiques qui ressemblent aujourd'hui à de malheureux pistolets à eaux ...

Pendant qu'on tout le monde restait scotché sur Le Pen qui de toutes façons n'aurait jamais pu refaire deux fois le même score qu'en 2002; on a volontairement minimisé l'impact réel, le travail en sous main, l'implacable mise en place de son réseau, la gangrène du pouvoir que Sarkosy a su installer avec beaucoup de soin. C'est donc qu'on lui a ouvert les portes d'une part et qu'on les lui a laissés les ouvrir d'autre part.

Pire que tout, on voyait, on commentait mais on ne faisait rien, enfin rien de concret.

Il y a qq jours, Philippe Besson, écrivain, invité au débat du comité 748 sur Second Life disait : " C'est incroyable de constater que si Le Pen avait eu les mêmes propos que Nicolas Sarkosy à propos du présupposé déterminisme génétique, il serait déjà convoqué devant les tribunaux, la presse entière aurait fait un énorme esclandre et tous les Français d'un commun accord auraient condamnés les propos du leader du Front National ... "

Quel est donc ce mystère qui permet à Nicolas Sarkosy, de dire ce qu'il veut sans jamais plus être inquièté ?
On va me dire que c'est le fameux musellement de la presse, sa position de ministre de l'intérieur ... pas seulement , c'est bien pire que ça, plus profond ... c'est tout simplement que ses idées font sens pour la majorité des Français. Alors on aura eu beau jeu de se moquer de nos voisins Italiens avec Berlusconi ou encore traiter nos "amis" Americains de gros bourrins avec leur Georges W. Bush ... On est en passe de faire comme eux, tranquillement, a petits coups de bulletins.

Ce qui nous a manqué c'est l'idignation.

Exemple : pendant la campagne, combien de fois ai je entendu la phrase suivante " et puis tu sais, il faudrait arrêter de diaboliser Sarkosy ..." Arrêter de le diaboliser ? .... après mûre reflexion ne vaudrait il pas mieux arrêter de le dédiaboliser, justement ... non ?

Rien n'y fait, on a beau expliquer les enfants raflés à la sortie des écoles, les travailleurs en situation régulière expulsés de leur logements de fortune, mis en file sur le trottoir, leurs affaires jetés dans de grandes bennes à ordures avant de disparaitres dans des camions militaires, le scandale de la vente à la découpe, les lois liberticides sur internet, l'arrestation des Roms il y a qq mois, la fermeture de Sangatte qui est un scandale humanitaire...

Partout, des groupes qui se lèvent, des assoces, qui tentent de juguler le mal, mais jamais d'idignation profonde et collective ... Aucun sursaut national.


De la pratique massive du déni.

Mais le déni est plus fort que tout en ce qui concerne la vérité du champs d'application de la politique de Sarkosy, pour une raison simpliste et dans le fond assez effrayante : l'impossibilité de faire dans la nuance pour une grande partie de l'électorat. Nicolas Sarkosy ressemble à n'importe qui, il n'est pas assez caricatural, donc contrairement a un Le Pen qui physiquement inspire déja qq chose de monstrueux, Sarkosy lui passe plus facilement partout.

Il va profiter de cet atout sans vergogne pour piller littéralement le Front National de ses idées : il les a d'abord sortis d'un parti de "bouffons", pour les recycler, leur donner une légitimité, une forme plaisante, attirante, désormais on pouvait parler de l'immigration sans être taxé d'extrémiste ou de raciste. Une aubaine pour de nombreux Français.

Donc nous sommes aujourd'hui aux antipodes du vote contestataire de 2002, mais en présence d'un vrai choix en ce qui concerne le ralliement aux idées de la droite dure.


Donc il y aura bien deux Frances qui s'affronteront ce soir.


Je reprend en résumé les propos de Christian Sautter
glanés sur desirsdavenir-secondlife.net


Le choix est donc clair entre le projet Sarkosy et celui de Segolène Royal :

La rente ou le travail.

Les grandes entreprises ou les PME performantes.

La précarité ou la solidarité.

Le chacun pour soi ou la justice sociale.

La loi du plus fort ou la loi du plus juste.


Si liberté, égalité, fraternité ont encore un sens pour nous,
il faudra voter massivement pour Ségolène Royal dimanche prochain.

A propos de la fameuse liquidation de Mai 68 ...

2 commentaires:

Mascottus Phlox a dit…

"pendant la campagne, combien de fois ai je entendu la phrase suivante " et puis tu sais, il faudrait arrêter de diaboliser Sarkosy ...""

Il s'agissait, s'agit toujours, de la stratégie sarkozyste, ne pas répondre à la question mais poser la légitimité de la question ou de celui qui la pose (ce matin, sur France Inter, par exemple, Nicolas Sarkozy demandait au journaliste pourquoi il posait des questions qu'aurait pu poser un politique, cherchant même à savori s'il n'avait pas été à Charleti, ce qui aurait sans doute été la preuve de sa partialité...). On passe du temps à essayer de se justifier sur la légitimité de la question, pas à avoir la réponse, et le système à fonctionné. Oui, il nous manquait cette analyse. Espérons que Ségolène Royal l'aura ce soir....

wildo a dit…

Salut Mascottus !
L'homme Vert de SL ;-)
Vous voyez bien que cette tribune est ouverte à tous.