mercredi, mars 14, 2007

Ségolène Royal dans les Inrockuptibles



La gauche ne peut pas se penser sans la culture, ne doit jamais cesser de parler culture, de penser la culture, de vouloir la culture







Ce très bon article vaut mieux qu'un long discours. Enfin la culture revient sur la table du politique avec intelligence et modernité.

« Je veux remettre de la pensée et de la volonté dans la politique culturelle de notre pays. C’est la mission historique de la gauche en matière de culture. La gauche ne peut pas se penser sans la culture, ne doit jamais cesser de parler culture, de penser la culture, de vouloir la culture. »

« Je suis heureuse de l’éclosion sur internet de nouveaux modes d’expression qui doivent tout à la vitalité créatrice de nos concitoyens et en particulier de notre jeunesse. Mais je ne confonds pas ce qui est l’expression d’une envie de culture et la démarche patiente, élaborée, exigeante, de l’artiste. L’un et l’autre sont indispensables. Il y a deux cents ans la France a inventé le droit d’auteur. Il n’est de grande nation que celle qui sait honorer ses artistes et leur donne les moyens d’exercer cette responsabilité singulière de témoin, de veilleur, de défricheur et surtout d’inventeur, qui sait les aider à suivre cette intuition qui les anime. Je veux qu’un large débat soit lancé dans tout le pays sur l’économie de la culture à l’ère numérique, pour refonder le pacte social entre la nation et ses artistes. »

« Moi, je veux que tous les jeunes puissent voir leur sensibilité et leur esprit critique s’éveiller, par le contact personnel avec les œuvres, la découverte des lieux de création, la rencontre avec les artistes. Je veux encourager les pratiques artistiques, notamment celles qui sont collectives, parce qu’elles sont le meilleur moyen de faire l’expérience de la vie en communauté, d’en apprendre les règles, et même de lutter contre la violence. »

6 commentaires:

Bloggie a dit…

il y a 12 candidats non ?
que disent les autres ?

Et si l'état et les marchands laissaient la culture aux artistes, aux associations, au public ?

wildo a dit…

Tu es parfaitement libre à la base.
Tu peux avoir une manifestation spontannée artistique autonome,indépendante de l'économie et de l'état. Un ministère de la culture sert de phare, de repère, d'aiguillon, est capable d'une certaine visibilité de l'emergence d'expressions contemporaines et passées. Pour moi c'est tout simplement un ingrédient indispensable. Il n'y a a mon avis aucune prescription pour que l'espace commun d'une société democatique n'en distille pas les fondements de base et n'en promeuve certains projets.

Bloggie a dit…

Le problême c'est que l'état fait des choix artistiques qui ne sont pas très démocratiques.
il faudrait mieux à mon avis promouvoir la possibilité pour tous d'avoir accés à l'expression artistique, des lieux de répétition, de travail, d'enregistrement, un vrai service public de la culture, pas des projets pharaoniques stériles ou de véritables détournements de fond par certains artistes "institutionels".
Selon moi l'argent de l'état doit aller à des lieux d'expression ouverts à tous, pas directement à des artistes, en tout cas en ce qui concerne la musique.
(ça me parait différent dans le domaine patrimonial ou pour les aquistion d'oeuvres plastiques...).

Evidemment un gouvernement qui choisirait de ne pas avoir de ministére de la culture serait un symbole sombre pour l'avenir de la pensée libre, il parait qu'un certain candidat tout jeune ex ministre n'y verrait pas d'utilité particulière...

wildo a dit…

La première possibilité d'accès et à l'expression culturelle doit être l'école. A mon avis on peut amenager déjà beaucoup de choses à ce niveau là.
Ensuite, remettre sur pied peut être des maisons de la culture, comme je les ai connues dans les années 70 (salles de concerts , de repets etc)
Personnellement j'aime a imaginer tous les possibles ... du Pharaonique au plus petit souffle ;-)
Bon, en ce qui concerne la droite et la culture, on sait que ça ne fait pas vraiment parti du "programme" ... sans toutefois exagérer car il ya des artistes de droite et de tous bords, disons seulement que la volonté politique culturelle de la droite est souvent timorée, peu présente, pas franchement exaltante.

Patrick W a dit…

En général, ce qu'on a toujours vu depuis 40 ans, c'est qu'un ministère de la culture créé des clans, du copinage, de l'institution, utile au début, nécrosés à la fin... puis on change les hommes (et femmes) et on recommence... Les grands noms en musique du XX eme siècle, ne sont pas sortis des chapeaux de la Kultur... un ministère met en place des murs, des règles. Il segmente et tue la spontanéité. Il est naïf, en ce début de siècle, avec le recul et les baffes prises dans la gueule d'espérer quoi que se soit d'un ministère ou d'un parti... excuse moi Wildo, mais je ne te suis pas sur ce terrain des lendemains qui chantent...
franchement, je suis tellement individualiste, que je répugnerai à aller enregistrer à la maison de la culture de mon quartier. Mais que j'aime travailler et m'acheter un instrument ! avec mes sous ! mais comme on est tous plein de contradictions, si la Sacem ou un service du ministère veut subventionner mon studio, je suis ouvert à toutes propositions !!!!!

wildo a dit…

Patrick :)

Je n'ai pas l'impression que la spontaneité ait été tuée en France par les differents ministères. En tout cas pas celle qui se trouve en dehors du cadre d'un ministère, et c'est le plus important non ?
Quant a Segolène Royal, oui je suis plutôt enthousiaste, mais pas bête ou naive. Juste rassurée d'entendre a nouveau parler de culture au sein d'un projet présidentiel.