samedi, novembre 18, 2006

BBC3 Free Thinking Festival 2006



C'est Brian Eno qui a ouvert le 3 Novembre le Free Thinking Festival à Liverpool (Liverpool Hope University) retransmis et casté par BBC3. Cette conférence est vraiment brillante et comme elle est en anglais et qu'il y a là des choses très intéréssantes qui se disent je vais faire un petit topo en french.

En attendant la conférence est toujours écoutable ICI et dure une bonne heure.

La première question que se pose Brian Eno et qu'il pose à la salle est : " Comment notre intelligence a t elle évolué par rapport au pouvoir que nous avons accumulé?"
Pour développer ce questionnement, il prend l'exemple de Darwin lorsqu'il publie son livre sur la théorie de l'évolution des espèces en pleine période Victorienne. Il y avait à l'époque peu de personnes prêtes à accepter cette théorie.
En ce temps-là, tout ne pouvait venir que "d'en haut", du sommet invisible d'une pyramide millénaire où se tenait DIEU, puis l'homme, puis les animaux, puis ... les femmes.
Donc les "idées" ne pouvaient venir que d'en haut, ou des hommes placés au plus haut de l'échelle ... de plus, il fallait que ces idées soient de préférence "compliquées".
Darwin éclate complètement cette vision des choses, d'abord dans la verticalité : exit l'idée d'un dessein unique et d'un créateur unique, et dans l'horizontalité : la finalité de la vie n'est pas d'être spécialement complexe, par contre ses éléments les plus complexes sont toujours composés d'éléments beaucoup plus simples.
Cette théorie amena donc le principe de la simplicité. Et un peu plus tard le concept d'émergence. La connexion entre tous les éléments du vivant se fait de façon non hiérarchisée, c'est un vaste réseau d'intrications les plus diverses, où pas une chose serait forcément plus importante qu'une autre, et où pour chaque chose nous ne pouvons en prédire exactement l'évolution ... (Théorie du Chaos etc.)
Brian Eno explique ensuite comment il raccorde ces principes à la composition musicale. D'abord en essayant de comprendre comment les choses marchent et ensuite comment elles arrivent à exister. Utiliser le moins pour faire le plus, préférer la distance et la lenteur, échafauder des conditions de départ, des mécanismes, les nourrir pour arriver à l'expérience musicale.
Se servir des choses pour en faire des systèmes.

Ensuite Eno parle d'oeuvres faite en collectivité, de la necessité de créer dans des contextes moins prédictifs, il cite entre autre les travaux réalisés avec Artangel, dont certains projets mobilisent une grande diversité de personnes, dont beaucoup n'ont rien a voir avec l'"art".
Eno remarque : "Ce qui est possible dans l'art, devient possible dans la vie"
L'observateur et le participant n'ont plus de frontière.
Ensuite Eno évoque internet, wikipédia et le concept de la wikiscience, l'open source. Et il pointe : de nos sociétés emergent des systèmes (de pensée, des outils informatiques etc) qui permettent tout cela. Nous créeons sans arrêt des traverses.
Il parle de la Long Now Foundation et de sa fameuse horloge, de la pertinence d'essayer de penser aux dix mille ans qui sont devant nous, car faire cela c'est penser autrement le présent, c'est avoir un autre rapport avec notre vie.

Il parle des connexions tribales que sont Myspace et Youtube, considérant ces deux médias comme la version open source du broadcasting de l'art.Il parle de la démocratisation de la créativité.
De l'art il dit que c'est "toute chose que vous n'êtes pas obligé de faire"
Pour survivre vous êtes obligés de marcher, mais pas de danser par exemple.
C'est la couche stylistique de notre existence qui vient après la couche de la survie. Il dit aussi que la capacité d'art est quasi biologique chez l'être humain.
Que notre capacité d'imagination fait toute la différence ainsi que notre capacité d'empathie. Les deux sont fortement liés.
"Empathy is going along with imagination"

En art il n'est pas sensible à la notion de message mais bien plus aux expériences.
A l'expérimentation. L'expérimentation demande sans cesse de négocier de tas de petites choses imprévues. L'auto-régulation arrive systématiquement (dans des relations, des concepts, des lois, des parti pris etc) quand on élimine les régles elle mêmes. Et c'est à partir de toutes ces considérations que Brian Eno travaille son rapport à la musique.

77 million paintings
painting.com
Long Now Foundation
Les stratégies obliques
définition du concept d'emergence
Emergence et temps réel
Le livre de Tamm sur Brian Eno
qui contient un commentaire sur l'essai de Eno "Generating and organizing variety".
Jem Finer's Longplayer

3 commentaires:

ptilou a dit…

J'ai toujours bien aimé les approches stimulantes de Brian Eno. C'est un "aiguilleur" intéressant.
Avais tu lu son journal publié en 98 ??? Tentative pour organiser son planning dans un sens créatif.

Une année aux appendices gonflés journal / Brian Eno
Serpent A Plumes 11/1998

wildo a dit…

Non, je ne connaissais pas, je vais de ce pas jeter un oeil.
merci ;-)

wildo a dit…

Super! C'est exactement ce qu'il me faut en ce moment ! merci ;-)