dimanche, octobre 08, 2006

Modules Cwejman



Voici les derniers pensionnaires de la maison : les nouveaux modules Cwejman. Ils vont rester une quizaine de jours, histoire que je les pousse dans leurs derniers retranchemnts. J'en profiterai également pour enregistrer des sons.
Les patounes sur la photo sont celles du PetitMartien qui est venu hier soir monter le rack correctement: Des modules bien alimentés procurent plus de joie ! ;-)

Cwejman

20 commentaires:

Patrick W a dit…

Salut,

j'espère qu'après Doepfer et notre frustration passée on aura droit avec ce modulaire à quelques mp3 de bleeps signés WildOrion...

Patrick W a dit…

Je viens de me rendre compte que lorsque je passe mon mini virtuel Arturia dans un filtre analo, et que le synchronise le VCA / Adsr avec le gate ... il est impossible de faire la différence avec un 100% analo... En fait, pour résumer, j'utilise un VCO analo et le 2eme ou 3eme est logiciel... en choisissant bien ses ondes et son ouverture du filtre c'est magique...

wildo a dit…

Oui,pour les bleeps je m'en charge ! ;-)
Ce que tu dis concernant la diffe VCO logiciel et analo ne m'étonne pas.
Les premiers sons sortis du Cwejman, cad des sinus asses purs, n'ont rien a envier a ce que je peux sortir de R5 sur certains environnements surtout ceux fait avec la couche Core...
Donc ...

wildo a dit…

Déja 1H 20 d'enregistrements dans la boîte ! hehehe

Patrick W a dit…

J'ai dépassé la comparaison analo/numérique ...
mais j'ai fait un petit test .
Tu prends un dent de scie de mon mini arturia et tu la compare avec la même onde pure de l'A6 Alesis, et bien il est impossible de faire la différence. C'est lorsque tu ajoutes à l'onde logicielle une autre que tu percois avec l'A6 une différence. Je ne parle pas des filtres, mais juste du Vco. Wildo ton test sur le sinus est concluant mais essai avec d'autres ondes... tu noteras que le Mini Arturia est distribué par Mesi ...

Patrick W a dit…

Les patounes de la photo ne sont pourtant pas palmées...pour des patounes d'alien, même petit...

wildo a dit…

Il fait comme dans MIB, il prend une apparence trompeuse ! ;-)

Je me suis bien éclaté avec la machine hier soir. Mais c'est super droit quoi, les composants marchent comme de l'hologerie fine, pas de décalage d'oscillos, pas de ronflette, pas de hum, pas de grésillement statique, le son dépote avec une force en sortie inouie, et puis ensuite, quoi qu'on fasse, c'est beau et propre, même la satu est "clean" ! ;-)
Mais c'est beau, y a pas à dire.

Patrick W a dit…

Pas de ronflette ... hum, y vaut mieux pas (du 50 hz qui remonte c'est pas bon et pas musical) ... tu veux dire pas de bruits ... faut rien exagérer, les anciens analo neufs (fin 70) n'avaient pas de bruit audible. C'est en vieillissant que ces "désagréments" arrivent. Cela dit un modulaire analo, y a rien de plus difficile à utiliser. Pas de presets, c'est la déception assurée pour celui qui est pressé et habitué à tous nos jouets logiciels. Et finalement, il faut se forger un son, des habitudes à toujours dépasser, apprendre à jouer de son modulaire . De la sueur et des larmes. En tout cas c'est dur, frustrant, 1000000 fois plus qu'un logiciel. Mais quand tu débouches sur un SON !!! c'est la beauté à l'état pur. Mais peut on revenir en arrière ... non ! Aujourd'hui tu n'utiliseras pas ton modulaire analo comme tu l'aurais fait il y a 30 ans ... Pourquoi ? parceque ton cerveau a été "marqué" par R5 !

wildo a dit…

Oh tu sais, il y avait une vie avant R5 ! Au conservatoire j'ai eu un synthi un vrai et un Moog également, quand je faisias le travail sur bandes magnétique dans les années 8O-90, j'ai bien connu tout ça !

N'empêche que tout ça m'a encore emmené jusqu'à pas d'heure !
J'ai la tête pleine de sweeps !

Patrick W a dit…

C'est pas ce que je voulais dire ... que tu ai touché à un analo avant l'ère numérique ou au conservatoire ... et ne voit pas d'ironie ou autre par rapport à R5. On a tous évolué, on est tous immergé dans cette ère numérique. Ce que je voulais dire c'est qu'on voit les synthés analogiques autrement. Bon WE avec Cwejman.

ptilou a dit…

Pourquoi ? parceque ton cerveau a été "marqué" par R5 ! arrgg ca fait peur !
faut pas que j'abuse alors ?
;-)

allez ! bon patch !

wildo a dit…

en même temps, quand je patche je patche quoi ...que ce soit sur l'un ou sur l'autre. Et puis alors patcher dans R5 ... les probas y sont démultipliées par mille, au moins ;-)

Patrick W a dit…

Si tu passes par une technologie, tu prends on dira des habitudes (toi c'est ton cerveau non?)... pour la musique, l'évolution tend à donner au compositeur, via ses machines et logiciels, un prolongement direct de la pensée, encore plus immediat qu'avant (l'analogique). Ca fait peur ? ...

wildo a dit…

J'ai réfléchi ... bizarrement j'aborde un modualaire soft de la même façon qu'un analo (camisole ?), je cherche les sons, je les guette exactement de la même façon (dans les deux cas on patche puis on tourne des boutons). La seule différence, c'est que je vais enregistrer sytématiquement ce que je fais (recherche+impros) avec l'analo sur PT, par contre avec le soft je sauve toutes mes étapes en presets et j'enregistre mes impros dans un deuxième temps.
Et vous ? vous faites comment ?

deb7680 a dit…

Bonjour,
En analo, aujourd'hui, j'utilise l'Evolver que je pilote avec deux softs, l'éditeur de Dave Smith et celui de Vyzor, les deux se complétant bien. Le premier plus pratique pour l'édition des timbres, le second pour la programmation des séquences. Je fais de même avec le Clavia G2 Engine. Mais au niveau impro, je préfère l'Evolver. J'ai enregistré l'autre jour une séquence après moultes bidouillages qui était très free. Et gasp, je me suis planté lors de la sauvegarde du timbre. Résultat, cela ne restera qu'un moment éphémère.
Sinon, en soft, je fais comme toi Wildo, notamment avec le Moog Modular d'Arturia que j'apprécie pour ses multiples possibilités de patchs. D'ailleurs, j'en oublie très vite que c'est du soft. J'expérimente, je construit, je tatonne. Mais l'avantage, c'est qu'une fois qu'un son est satisfaisant, on peut sauvegarder le preset. Je fais pareil avec l'Ems Avs. Avec toutefois, en se créant une banque, on change instantanément de configuration. C'est magique. Et puis surtout, par rapport au vrai EMS Synthi Aks, avec les différentes possibilités offertes par le soft, je sors autre chose que les bleeps habituels, traditionnels que l'on attribue à cette machine. Avec ses contrôles très précis, l'Ems Avs devient un véritable instrument à part entière.

Patrick W a dit…

j'ai aussi le modulaire Arturia, et malheureusement j'aimerai comme toi oublier que c'est du soft... mon oreille me prouve le contraire...

Patrick W a dit…

Petit complèment :

J'ai du mal à l'utiliser en direct (je sais je suis hors sujet) et je le passe dans un filtre analo + un preamp à tube Bellari qui colore pas mal... et là je commence à mon tour à oublier que c'est du soft...

wildo a dit…

j'ai 400 megs de pouet whizzwhazz et cie sortis des modules Cwejman.
Je vais en faire une petite sélection.

Patrick W a dit…

SUPER !!!!! mais pourquoi une sélection ? tous tous tous, on les veut tous

wildo a dit…

Oui,une séléction d'abord
pour voir si c'est jouable dans tous les sens du terme ;-)
Ces sons me plaisent, mais qu'en est il pour autrui, c'est ça que je veux tester dans un premier temps.